Mobilité et déplacements

#1
La Communauté a demandé à un cabinet expert (B&L Evolution) de réaliser un diagnostic de notre territoire, au regard du changement climatique. En quelques graphiques et de façon synthétique : voici ce qui ressort de ce diagnostic, concernant nos déplacements

Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF


A vous de nous dire si cela vous paraît pertinent ; et notamment quels enjeux vous paraissent primordiaux…

Re: déplacements doux, expérience personnelle

#2
Dans Joigny, je privilégie toujours la marche ou le vélo. Pour le vélo, j'ai dû adapter le mien en élargissant le porte-bagage et j'ai aussi confectionné une remorque.
À pied comme à vélo, le facteur limitant est le transport d'objets, notamment d'objet lourds. À noter qu'à joigny, si les passages piétons sont bien respectés, en certains lieux, les stationnements sur trottoirs rendent la progression difficile.

À vélo, d'autres difficultés existent :
  • le stationnement par manque de parcs à vélo ou des systèmes peu adaptés pour les attacher, encore plus vrai si on tracte une remorque derrière son vélo. À ce propos, il faut sensibiliser les installateurs qu fait que les vélos actuels n'ont plus grand chose à voir avec les vélos d'antan. Un expemple : les guidons, beaucoup plus large, les pneus, plus larges également, les attaches rapides pour les roues et les selles qui sont très pratiques mais rendent leur vol beaucoup plus facile aussi ;
  • l'absence de voies de circulation et je dirai même des articulations entre places de stationnement et voies de circulation qui rendent souvent la pratique du vélo dangereuse ;
  • les giratoires qui demandent à être aménagés parce que dans les pays où le vélo est très utilisé, sur les giratoires, on note une augmentation de 48% des accidents (J'ai participé, d'ailleurs à une réflexion avec la CCJ à ce sujet, à leur demande) ;
Hors Joigny, je pratique le VTT, ce qui exige parfois d'emprunter le réseau routier. Là, on rencontre également des giratoires non aménagés. Sur les "grands" axes, comme la route de Béon, le partage de l'espace n'est pas à l'ordre du jour. Mais on a le sentiment que des aménagements peu coûteux pourraient être fait parce que la place existe : souvent, il existe une bande blanche discontinue à droite de la voie avec encore un espace enrobé. C'est là que je roule préférentiellement. Hélas, ces espaces sont souvent discontinus et à largeur variable et oblige à reprendre la voie de circulation. C'est toujours inquiétant.
Dernière modification par Eric_89fr le lun. mars 18, 2019 11:44 am, modifié 1 fois.

Re: Mobilité et déplacements : un avis pour des solutions

#3
Comme la meilleure énergie est celle qu'on ne dépense pas, le meilleur transport est celui qu'on n'a pas à faire, ou qui ne demande pas d'énergie (autre que musculaire).
Il faut donc travailler à ne plus faire dépendre un certain nombre de choses des transports et surtout des transports lointains :
- réimplanter des services médicaux
- réimplanter des services publics. Il vaut mieux déplacer un agent que l'ensemble de ses usagers (et le vocabulaire que j'utilise n'est pas neutre)
- réimplanter des commerces. En ville, en finir avec l'implantation en périphérie pour ouvrir là où sont les habitants.

Je suis méfiant sur la voiture électrique. Pas sûr qu'elle soit moins responsable de réchauffement que les moteurs thermiques. Son mérite principal serait en fait qu'on ne dépende plus du pétrole pour se déplacer. Le co-voiturage est bien entendu une bonne idée.

Pour les déplacements courts, il faut rendre l'utilisation de modes de déplacement doux plus agréables que la voiture
- stationner plus proche
- gagner du temps
- itinéraires plus sympa et plus fluides
- sécuriser les voies mixtes (ces deux derniers items devraient être mis en œuvre depuis la loi LAURE de 1996)
- prise en compte de modes en cours de développement comme notamment la trotinette en ville, les rollers, les gyropodes...
- invention ou développement de nouveaux véhicules comme les vélo-cargos ou les tricycles permettant de transporter un cabas plein de provisions. Si on pouvait faire des tels véhicules fermés pour les jours de pluie, ce serait parfait.
- possibilité de se doucher et de se changer en arrivant sur les lieux ou on doit être présentable ou rester une certain temps pour y pratiquer une activité
- proposer une offre de location de ces véhicules "doux" avec possibilité de les prendre à un endroit et de les laisser à un autre
- Aider les personnes à s'équiper : achats groupés ? subvention ?
- Encourager l'usage : système à point/km via une application, ouvrant ensuite droit à des avantages, une remise sur une taxe carbone ?
- ...

Il faudrait élargie le périmètre de ce qu'on appelle un déplacement court
- Notamment parce que notre territoire n'est pas plat, on pourrait favoriser l'assistance électrique. Certaines collectivités, en plus ou à la place de l'état, aident les citoyens qui achètent un tel véhicule.
- Sécuriser des parcours entre villages ou hameaux.

Il faut penser intermodal
Notre territoire est traversé par une ligne de chemin de fer et des lignes de car. Le problème, c'est quand on arrive à la gare. Si je pense à m'équiper d'un vélo pliant que je pourrais emmener avec moi dans tous les trains, j'aimerais aussi pourvoir trouver, dans chaque gare, un vélo à assistance électrique en location. Ceci évidemment à condition que le séquençage des transports en commun soit compatible avec la longueur du déplacement. Un train toute les heures pour aller à Auxerre, c'est acceptable, pour Migennes, ça l'est moins. Une navette toutes les heures pour traverser Joigny, ce n'est pas assez (je ne sais pas si c'est le cas).

Re: Mobilité et déplacements

#4
Je viens de rentrer chez moi après un déplacement vélo et ça m'a fait penser un point important : Certes,il faut, en ville, près des commerces et des services, des possibilités de laisser son vélo attaché. Mais l'habitat n'est souvent pas conçu non plus pour ces engins. Stocker son vélo dans son appartement n'est pas encourageant, surtout les jours de pluie.

Je crois donc qu'il faut aussi construire, en sacrifiant par exemple des places de stationnement, des abris fermés à clés, des genres de consigne pour que les habitants des logement puissent y stocker leurs vélos la nuit sans crainte qu'il soir dérobé.

Re: Mobilité et déplacements : amour de la mécanique

#5
Nous devons chercher comment sortir de "l'amour de la mécanique". Pour cela, sans doute faut-il comprendre ce qui est en jeu.

Il existe chez une part de la population même jeune, plutôt issue des CSP -, ayant fait des études courtes, des phénomènes d'attachement à aux vieilles mécaniques polluantes qui seraient increvables contrairement aux modèles modernes. C'est faux, les moteurs modernes durent plus longtemps et ont moins de panne. Mais ce qui est vrai, c'est qu'on ne peut pas les dépanner soi-même. Du moins, ça fait appel à des connaissances assez pointues que cette partie de la population n'a pas. Chez eux, être capable de dépanner soi-même une voiture donne le sentiment d'être savant, d'avoir du pouvoir sur les choses. Il s'agit d'une stratégie de protection de l'estime de soi. Rouler dans la voiture qu'on entretient soi-même, c'est la liberté que le reste de la vie n'offre pas.

Une autre partie, des gens aisés, sont dans l'affirmation de leur réussite, l'affichage de leur pouvoir, la faculté de s'affranchir de ce qui contraint le péquin moyen, de marquer la différence. Ceux-là se tournent vers des modèles modernes, mais très polluants. Ce sont les acheteurs de Porche Cayenne par exemple.

Si, pour les premiers, nous devons faire un effort pour que l'estime de soi et le sentiment de liberté ne passe plus par la destruction de la planète, pour les deuxièmes, je n'ai même pas envie de trouver une autre solution que la confiscation de l'argent qu'ils emploient si mal.

Re: Mobilité et déplacements

#7
Eric_89fr a écrit :
jeu. avr. 04, 2019 12:13 pm
Je parle plus haut d'intermodalite. je reste actuellement le déplacement vers Auxerre en train + vélo. Un problème, l'accès aux quais avec un vélo même pliant, qu'il faut porter dans les escaliers. Vae pliant : 18kg.
Et il me vient que là, les intérêts de ceux qui emmènent vélos et trottinettes à bord rejoignent ceux des personnes à mobilité réduite. On en peut pas dire que prendre le train soit facile pour eux. À Joigny, l'accès aux quais intérieurs passe par des escaliers. Les rames modernes , par contre sont au niveau du quai. À Migennes, le problème est le même. Mais à Auxerre, c'est pire puis que là, le train n'est pas du tout au niveau du quai.

Re: Mobilité et déplacements : VAE

#8
Expert local, j'expérimente donc actuellement le VAE dans Joigny et pour les déplacements mixtes train ou voiture + VAE. Pour cette utilisation mixte, j'ai opté pour un VAE pliant.
J'ai déjà parlé de la difficulté à rejoindre les quais de gare. je veux parler maintenant du stationnement de ces engins. La difficulté est la protection de la batterie, contrairement aux autres vélos qui sont plus concernés par les vols de roue (attache-rapides) et de selle. Certains VAE ont un système à clé, mais malheureusement, ce n'est pas mon cas. Si on peut plier le vélo, alors on peut retirer la batterie.
Quoi qu'il en soit, si on veut que se développe la pratique du vélo, il faut réfléchir au moyen de les stationner sans crainte de vol.

Re: Mobilité et déplacements : comme à Londres ?

#9
Pas toujours fan de copier ce qui se fait ailleurs, plutôt l'utiliser comme source d'inspiration.
À Londres : https://detours.canal.fr/a-londres-velo ... livraison/

Imaginons un parking à l'entrée de Joigny pour les camionnettes de livraison !
Mieux imaginons que les produits arrivent en train et que l'intermodalité se fasse à la gare.
Imaginons un parc de tels vélos à disposition pour aller faire ses courses... en attendant de relocaliser les commerces.

Re: Mobilité et déplacements

#10
Logique écologique avant la logique économique et la facilité d'esprit:

-Transport ferroviaire, vélo, cours d'eau, sac à dos, Président en métro pour l exemple, télétravail....
-Faire rester les citoyens qui le veulent chez eux; payé par l'état pour créer de la biodiversité de proximité, petits commerces...
- La Mondialisation, La libéralisation maîtrisées; Inverser cette uniformisation néfaste insufflée par notre système capitaliste pour notre écosystème local, notre pays, notre planète
-Créerons et gérons de la complexité vivante avec nos outils de simplification et de destruction
-Sous consommation + consumation= L' énergie non dépensée et la meilleur économie
-Essayer de marier technologie et nature, évolution conjointe dans la complexité et la sobriété
Répondre

Revenir à « Mobilite et déplacements »

cron